Accueil   » Communiqués 

Communiqués

Discours du Président de la Fédération franco-ténoise


prononcé dans le cadre de l’Assemblée générale annuelle de La Fédération franco-ténoise tenue à Fort Smith les 1, 2 et 3 décembre 2006 Chers invités spéciaux Chers délégués Chers partenaires de la communauté franco-ténoise Chers amis de la communauté Je suis très content de vous accueillir dans le cadre de notre 28e Assemblée générale annuelle. Nous tenons une assemblée cette année sur le thème de l’éducation, « Un avenir de savoirs et de croissance » . Nous sommes très honorés d’accueillir des grands amis et partenaires de notre développement en provenance du Collège Éducacentre de la Colombie Britannique, et du Réseau des cégeps et des collèges francophones du Canada à Ottawa. Ma première réflexion portera sur un hommage aux parents et à leur travail accompli dans le cadre de la grande amélioration qui se réalise à l’école Allain St-Cyr. Vous avez supporté votre association de parents ayants droit de Yellowknife dans ses démarches et l’insistance de son intervention devant les tribunaux a porté fruit : nous verrons se construire en 2007 l’agrandissement de l’école Allain St-Cyr. Ce fut un exercice formatif qui devrait faciliter l’obtention d’une éducation de qualité égale dans toutes nos communautés. Félicitations à l’APADY et merci aux commissaires de la Commission scolaire francophone de division pour leur travail intensif dans ce dossier qui a progressé rondement sur le plan des besoins scolaires et des besoins mixtes scolaires communautaires. Notre table des organismes francophones de Yellowknife s’est réunie à plusieurs reprises pour préciser et réitérer les attentes de la communauté en matière d’espaces communautaires dans le futur centre scolaire communautaire. Nous avons accumulé études, démarches, réunions, discussions, représentations, correspondances sur ce dossier depuis plus d’une décennie. Il faut obtenir dans les mois qui viennent un engagement ferme entre le ministère de Patrimoine canadien et le ministère de l’éducation territorial pour la réalisation du volet communautaire complet du centre scolaire communautaire Allain St-Cyr. Maintenons la cadence d’appui, véhiculons un discours uni et clair et finissons notre travail. Nous partageons depuis deux ans la conviction que l’alliance scolaire communautaire constitue une place modèle pour le support à la revitalisation de notre communauté. L’espace scolaire enrichi d’activités communautaires et l’espace communautaire occupé par le dynamisme des familles sont des compléments d’intervention de nature à créer la masse critique nécessaire pour générer un plus large mouvement de vie communautaire et une plus grande intégration en terme d’espace occupé dans le développement social. Nous soulignons l’appui du conseil de développement économique dans la vision scolaire communautaire malgré que leurs installations physiques demeureront pour l’instant au centre-ville, ainsi la communauté comptera un autre point d’accès stratégique de services. Nous saluons particulièrement le travail effectué cette dernière année par les administrateurs du conseil et leur équipe pour réaliser un plan de relance dont les partenariats sont garants de réussite. Je veux commenter également le bon travail de la Garderie Plein Soleil qui s’est donné un plan de développement ambitieux pour gérer la période de croissance qui est devant elle. Avec vous, nous sommes déçus que le plan d’action en petite enfance adopté l’an passé demeure en attente avec d’autres programmes sociaux et communautaires. Nous appuyons vos demandes pour des espaces supplémentaires que la construction à venir vous réserve et sommes sensibles aux défis de gouvernance dans ces périodes de grands changements. Nous en profitons pour souligner le travail acharné d’Arlette Fonteneau ces neuf dernières années à la direction de votre organisme et nous lui souhaitons toute la jouissance d’une retraite bien méritée. La dernière année a été marquée au tout premier plan par la victoire de la communauté francophone en cour suprême des TNO dans sa cause contre l’irrespect de la Loi sur les langues officielles dont se rend responsable le gouvernement fédéral et son délégué territorial. La juge Moreau, après la comparution de 51 témoins, a rendu une décision sans équivoque déclarant dans l’illégalité le gouvernement territorial en dérogation majeure de sa loi sur les langues officielles. Les communications et les services à notre communauté font magistralement défaut et le problème n’est pas le fait de quelques individus mais la preuve démontre des manquements injustes et systémiques dans l’ensemble du gouvernement territorial causant un préjudice aux citoyens francophones. Le gouvernement a fait la démonstration de son opposition à réaliser un plan d’intervention dont il connaissait les règles, au détriment de ses citoyens francophones, nous reléguant à un statut de deuxième classe. Malgré que la première Commissaire aux langues des TNO a tracé la voie à suivre, malgré les très nombreuses recommandations de Me Bastarache, le gouvernement ne s’est jamais doté d’un plan de mise en œuvre de sa loi sur les langues officielles. La juge a d’ailleurs reconnu le besoin d’imposer des réparations qui se rapprochent de celles que l’on retrouve dans des questions de non respect des droits de la personne. De plus, la juge a ordonné au gouvernement d’élaborer son plan de mise en œuvre et de travailler avec les représentants de la communauté dans le cadre d’un comité de consultation ou de coopération. Notre offre de service à cet égard a été formulé de façon explicite au ministre Dent. Nous attendons toujours, à ce jour, la possibilité d’œuvrer dans un cadre de travail tangible et crédible. Vous le savez, le gouvernement territorial a porté la cause en appel. Il n’a jamais jusqu’à ce jour produit même une ébauche de plan de mise en œuvre et n’a surtout pas commencé à travailler avec les représentants de la communauté à ce sujet. Il enlève cependant un acquis aux citoyens anglophones : l’accès au hansard, une option qui n’a été ni ordonnée ni suggérée. Nous avons, en votre nom, jugé important, dans les circonstances, d’en appeler également quant à la décision d’écarter la responsabilité fédérale à l’égard de ce gâchis de discrimination contre les citoyens francophones. Leur passivité est inacceptable compte tenu de l’obstruction démontrée par leur délégué, le gouvernement territorial, quant à la mise en application des lois et de la Charte canadienne des droits et libertés. Notre appel vise de plus à obtenir réparation pour les éditions franco-ténoises / L’Aquilon et réclame les moyens de s’assurer les ressources pour mettre en place des infrastructures et des services communautaires comme mesures d’atténuation des impacts causés par des décennies de mépris vécus. Outre la compensation partielle à recevoir qui fait l’objet d’une entente avec les défendeurs, je vous indique que la partie de la décision qui affecte la Commissaire aux langues des TNO est exécutoire. Le service en français, sur la base d’une qualité égale, doit d’ores et déjà être assuré par la Commissaire. Mais, nous venons d’avoir une démonstration récente et flagrante de son irrespect de la Loi dont elle doit elle-même surveiller l’application. Nous vous invitons, dans ce dossier critique et stratégique pour la communauté, d’agir en rassembleurs pour serrer les rangs et préparer le terrain en imposant ensemble un changement de volonté important au gouvernement afin que le citoyen francophone soit respecté et reconnu justement. Quelques mots sur les projets que votre conseil d’administration a analysés et appuyés : le plus grand bien sûr, celui d’organiser une offre de services de formation post-secondaire en français aux TNO. Avec un rêve dans la tête et des étincelles dans les yeux, nous parlons déjà d’un éventuel collège communautaire. Et ce rêve, nous le caressons; nous le réaliserons avec des partenaires solides et engagés. Je salue à cet égard l’excellent partenariat du Collège Éducacentre de Vancouver, maître d’œuvre d’une offre de service moderne de formation à distance dans le cadre de son campus virtuel. Notre participation au comité de gestion de cette institution associée au projet de campus virtuel ne cesse de nous inspirer. Nous avons mené une étude de besoins de formation grâce à l’aide qu’ils nous ont dénichée de l’organisme de diversification économique de l’ouest et leur étroite collaboration. Nous nous sommes rapprochés d’autres partenaires tels le Service d’orientation et de formation des adultes du Yukon (SOFA), et le Service fransaskois de formation aux adultes de la Saskatchewan (SEFFA). Je souligne l’appui précieux du SOFA du Yukon qui nous permet de profiter de leur mentorat. Notre plus récente association avec le Regroupement des cégeps et des collèges francophones du Canada nous permet de nous référer à plus grand que nous dans ce projet de mise en place de notre collège pour offrir une éducation supérieure aux membres de nos communautés dynamiques. À tous ces partenaires, nous offrons un grand merci pour leur précieuse contribution qui nous permet de croître. Je veux signaler bien sûr des partenariats internes tout aussi importants. Nous sommes sur le point de conclure une entente avec le Conseil de développement économique des TNO pour aider à structurer la mise en place de notre institution de formation. Un comité de travail réunissant le conseil de développement économique des TNO, la commission scolaire francophone de division et la Fédération encadrera le travail d’un consultant pour guider un démarrage du projet, pour se doter d’un plan stratégique, pour encadrer le lancement et conseiller sur les mécanismes de gouvernance à prévoir. À chacun, merci. En rafale, je vous dirai que nous avons sur la planche, quelques autres projets : - Nous venons de recevoir la confirmation d’un financement pour préparer un évènement jeunesse en 2007/2008 avec les deux territoires. L’idée est issue d’un projet de festival des cultures nordiques. Merci à Patrimoine canadien pour le support dans la préparation du projet et son financement. - Nous avons, en jeunesse, déposé un projet centré sur la prévention, auprès de Justice Canada et Sécurité publique. - Nous avons déposé un projet de collaboration auprès du Réseau des cégeps et des collèges francophones du Canada avec le Collège Éducacentre, le SOFA du Yukon et le Conseil de développement économique des TNO pour soutenir et promouvoir la mise en place de notre institution de formation post secondaire. Nous sommes optimistes et confiants des richesses de ce partenariat. - Nous sommes à finaliser un grand projet de mise en place et de démarrage de notre éventuel collège auprès du ministère de l’Éducation, de la Culture et de la Formation du gouvernement territorial de même qu’auprès de Service Canada. Des rencontres ont eu lieu, d’autres sont à venir. - Nous avons déposé un pré-projet avec une demande de financement pour une recherche de deux ans dans les trois territoires canadiens sous la direction de l’institut canadien de recherche sur les minorités linguistiques. Nous voulons appuyer un plan de revitalisation sur des assises solides. - Nous avons déposé un projet de positionnement sur les arts auprès de la Fédération culturelle canadienne française en suivi de la phase I que nous avons réalisée l’hiver dernier. - Nous avons déposé un projet sur trois ans associé à l’alphabétisation des adultes auprès du ministère fédéral des Ressources humaines et du Développement social Canada. Après avoir été écarté, il est présentement sous étude. Dans le même dossier d’alphabétisation des adultes, nous avons sollicité le gouvernement territorial sans succès jusqu’à ce jour. - En santé en français, nous nous apprêtons à déposer un projet dans le cadre du nouveau programme Santé primaire en action. - Nous sommes porteurs d’un projet en jeunesse pour partager une ressource entre le Comité action jeunesse et Radio-Taïga encore pour quelques mois. Puisque nous parlons de partenaires, je ne veux pas oublier ceux qui sont là de plus longue date et souligner certains éléments particuliers de leur soutien. Nous avons eu avec Patrimoine canadien l’occasion de réaliser cette année une rencontre avec quelques ministères fédéraux, donnant l’occasion de part et d’autre d’échanger sur nos réalités et sur les programmes et ainsi rencontrer les personnes qui les gèrent. Du côté du ministère territorial de l’Éducation, de la Culture et de la Formation, nous devons souligner l’important coup de barre donné dans la majoration ponctuelle du Programme de développement culturel et communautaire de près de 30% pour un montant de 50,000. $, confirmé au cours du dernier trimestre de l’année financière écoulée au 31 mars 2006 et permettant aux membres du réseau associatif de mieux compléter leurs projets tel que prévu. Un commentaire de clôture, je reconnais et remercie en votre nom, le travail important et professionnel réalisé par Léo-Paul Provencher et son équipe : Julie Mathieu, Jean-de-Dieu Tuyishime, Roland Charest, Jaqui Gagnon, Patrice Lapointe, Stéphane Marien, Nadia Mohajir et plus récemment Rudy Desjardins. Je vous atteste qu’ils sont motivés, mobilisés et affairés; applaudissons leur sens des responsabilités et la qualité de leur travail. Mesdames, Messieurs, je vous souhaite de très fructueuses délibérations et d’agréables rencontres pour toute la durée de ces assises. Prononcé par Fernand Denault à l’AGA de la Fédération franco-ténoise à Fort Smith le 2 décembre 2006.

- 30-

[Facebook] [Twitter] [Google+] [LinkedIn] [MySpace]

Pour toute information :
La Fédération Franco-Ténoise (FFT)
Case postale 1325
Yellowknife, Territoires du Nord-Ouest
X1A 2N9
CA

Tél. : (867) 920-2919
Téléc. : (867) 873-2158
Courriel : info@franco-nord.com
Web : www.federation-franco-tenoise.com

« Retour